Comment parler avec vos parents de leurs dernières volontés?

Dernière mise à jour : juil. 12

"Passe-moi le pain et, à propos, qu’as-tu prévu pour ta fin de vie?"


Voilà qui risque de casser quelque peu l’ambiance. Mais, même si aborder ce sujet avec ses parents âgés est une chose que la plupart d'entre nous veut éviter à tout prix, c'est une conversation importante qui doit avoir lieu.

La question de savoir si certains membres de votre famille ont une assurance-vie, un testament, des solutions ou bien les fonds nécessaires pour couvrir certains soins médicaux de longue durée ou s’ils ont un testament de vie mérite d’être évoquée régulièrement, afin que tout le monde soit sur la même longueur d'onde bien avant que quelque chose ne se produise.

Cela dit, ces sujets n’étant pas faciles à aborder, ils restent souvent sans réponse, laissant les proches avec leurs doutes et leurs interrogations, quitte à se disputer au décès d’un proche.


Nous allons maintenant vous présenter quelques pistes pour vous aider à parler avec vos parents de leur fin de vie.


Choisissez le bon moment
Laissez-les mener la conversation
Sachez comment vous pouvez les aider
Entrez ensuite dans les détails
1. Le testament de vie
2. La procuration
3. Le testament proprement dit
4. La procuration médicale
Aidez-les avec la paperasse

Choisissez le bon moment

Cette conversation doit avoir lieu en privé, lorsque tout le monde est attentif, et non, par exemple, lors du déjeûner de la fête des mères.


Une bonne entrée en matière est de parler des dispositions que vous avez prises pour vous-même. Dire quelque chose du style: « J'ai beaucoup réfléchi à l'avenir et je voulais que vous sachiez que j'ai souscrit à une assurance-vie pour que vous soyez à l’abri », est une bonne occasion pour demander ensuite ce qu’ils ont prévu de leur côté.

Une autre façon d'aborder le sujet est de parler d’un article que vous avez lu (comme celui-ci) ou d’évoquer le cas d’un ami qui avait mal deviné quels étaient les dernières volontés d'un membre de sa famille, le sujet n’ayant jamais été abordé. N’hésitez pas à envoyer à vos parents le lien vers cet article, afin qu’ils comprennent mieux la nécessité d’avoir un testament et de procéder à son enregistrement.


Agrémenter la conversion d’autres sujets tout aussi sérieux tels que la K-pop facilite la conversation, pour autant que vous ne perdiez pas de vue le sujet principal de discussion.


Laissez-les mener la conversation

La conversation ne doit pas non plus tourner en inquisition. Laissez vos parents mener la conversation et vous expliquer ce qu’ils ont fait et ce à quoi ils n’ont pas pensé.


Une bonne approche serait de dire que vous détestez parler de ces questions, mais qu’à la fois cela vous préoccupe et que vous voulez être sûr de savoir quelles sont leurs volontés. S’il ressort que rien n’a été fait, mieux vaut ne pas demander les raisons.


Laisser vos parents expliquer simplement ce qu'ils ont fait et proposez votre aide, si le besoin s’en fait sentir.


Sachez comment vous pouvez les aider

Cela vaut la peine de faire d’abord des recherches sur le sujet et de mettre ses propres affaires en ordre avant d'avoir ce genre de conversation avec ses parents.


Non seulement vous maîtriserez dans ce cas les termes et le jargon, mais vous pourrez alors offrir un point de vue éclairé (si on vous le demande) ainsi que partager tous les outils et conseils qui vous ont servi au long de votre propre parcours pour gérer vos affaires.


Entrez ensuite dans les détails

Faites cela néanmoins de manière progressive. Vous pouvez commencer par dire à vos parents que vous n'êtes pas particulièrement préoccupé par des questions d’argent mais vous interrogez sur ce qu’ils ont prévu pour leur fin de vie.


Demandez-leur ensuite s'il y a un endroit précis où ils conservent les documents importants et les mots de passe et s'il y a autre chose que la famille devrait savoir.


Par exemple, qui sera l’exécuteur testamentaire? Ont-ils rédigé un testament de vie? Que se passera-t-il si les facultés de l’un d’eux viennent a décliner? Le moment est ensuite bien choisi pour parler de possibles soins médicaux de longue durée. Ou encore, si vos parents ne devenaient dépendants, quelle solution mettre en place et comment y pourvoir financièrement?


Nous allons a présent passer en revue quatre types de documents qui ont leur importance. Assurez-vous de discuter de tous ces documents pour couvrir toutes les hypothèses.


1. Le testament de vie

Le testament de vie n'a rien à voir avec la répartition de vos biens après votre décès. Au lieu de cela, il vous permet de choisir les traitements médicaux que vous êtes d’accord de recevoir, au cas où vous deviendriez incapable de vous exprimer. Dans un testament de vie, vous pouvez également nommer quelqu'un pour prendre ces décisions en votre nom.


2. La procuration

Lorsque vous donnez procuration, vous désignez quelqu’un en qui vous avez confiance pour prendre en votre nom des décisions relatives à vos affaires financières et personnelles, au cas où deviendriez incapable de vous exprimer. Si vous ne donnez pas de procuration et perdez ensuite vos facultés mentales, un des membres de votre famille devra obtenir une ordonnance du tribunal pour être nommé administrateur de vos biens, ce qui prendra du temps et comportera des frais.


3. Le testament proprement dit

Le but du testament est de consigner par écrit qui vous souhaitez voir hériter de vos biens et, dans certains cas, qui se chargera de la répartition de vos biens.


4. La procuration médicale

La procuration médicale est le document par lequel vous désignez quelqu’un pour prendre des décisions à votre place en matière de traitements médicaux, au cas où deviendriez incapable de le faire vous-même. Une personne en qui vous avez confiance parlera en votre nom et agira dans votre meilleur intérêt, tout en respectant vos volontés exprimées précédemment.

Aidez-les avec la paperasse

Une fois que vous avez eu toutes ces conversations, il reste encore à passer à exécution. Recourir à un avocat pour la rédaction de ces documents est une bonne idée, mais ce n'est pas indispensable, pour autant que la désignation de la personne qui sera autorisée à agir en tant que mandataire se fasse dans un document juridiquement contraignant et ne soit pas simplement convenue lors d’une conversation banale.


Il est également utile de conserver des copies de ces actes et de faire savoir aux personnes de confiance dans la famille où ces documents peuvent être consultés. Une autre solution consiste à leur envoyer une version électronique ou de les rediriger vers un registre des testaments disponible en ligne, tel que liteWill, de même que des renseignements sur l'endroit où se trouvent les originaux.


La conversation ne doit pas nécessairement avoir lieu une et une seule fois, mais peut évoluer avec le temps. Faire régulièrement le point et discuter de tout ceci en famille (y compris avec les frères et sœurs éloignés) tous les six mois ou tous les ans permet de voir si tout le monde est sur la même longueur d'onde, de mettre à jour les documents en jeu et de laisser à tout le monde le droit de s'exprimer sur des questions difficiles.


Par exemple, il est logique de nommer une seule personne en tant que mandataire et titulaire d’une procuration médicale. Cependant, dès que survient une naissance, un mariage, un divorce ou un décès, il est peut-être temps de revoir tout cela.


Il n'est jamais trop tôt ni trop tard pour commencer à planifier. En faire un projet familial, voire une mission à accomplir au cours de l'année à venir aide à éviter que cela ressemble à une corvée, mais plutôt à un projet qui rassemble votre famille proche.


Rédiger vos documents de fin de vie est une première étape, et elle est importante. Mais ce n’est pas suffisant. A l’ère du digital, l’étape suivante consiste à enregistrer ces documents en ligne. Sinon, que se passera-t-il si votre personne de confiance n’est pas en mesure de les retrouver en temps utile? liteWill est la seule plateforme d’enregistrement disponible mondialement et qui offre la possibilité de conserver une copie de ces documents en ligne. «Un testament qui n’est pas en ligne, c’est comme un testament qui n’existe pas.»


Cette partie du site web est uniquement à titre informatif. Les déclarations et opinions sont l'expression de leur auteur, non de liteWill, et n'ont pas été évaluées quant à leur exactitude et leur exhaustivité; elles ne tiennent pas compte de possibles modifications législatives récentes. Les informations contenues dans cet article ne se substituent pas à des conseils fiscaux ou juridiques.

Nos produits

Conçus pour vous



12 vues0 commentaire